Au matin, il vit glisser vers lui une tête de poule noire avec un bec acéré, puis une tête rousse avec un bec tout cassé. Joséphine et Charlotte l'avaient découvert. Elle se mirent à caqueter pour appeler Monsieur Cacapoule.
Soudain, Gaspar se sentit soulevé de terre, Monsieur Cacapoule avait porté la nasse à hauteur de son visage et regardait le petit rat avec un grand sourire.
Gaspar était prêt à défendre chèrement sa vie. Dressé sur ses pattes, les doigts agrippés aux barreaux, toute dents dehors, il jurait et crachait, mordait l'acier à en avoir la gueule en sang.
Monsieur Cacapoule était impressionné. Il dit à ses poules :
-Regardez notre petit ami, comme il est courageux ! Ce serait dommage de le manger, mais qu'est-ce qu'on va faire de lui ? Si on le libère ici, il va manger les graines. Je vais le perdre dans la forêt !
Charlotte et Joséphine étant d'accord, ainsi fut fait le jour même. Et Gaspar se retrouva seul au milieu des arbres immenses.

Il se cacha pour la nuit entre deux énormes racines mais impossible de fermer l'œil ! Un hibou hululait tout près et chacun sait que les hiboux mangent les rats ! Il devait y avoir aussi des renards, peut être même des loups !

18