Monsieur Lézard chercha, en effet, deux mois et un jour, puis, il se dit:
-Mais c'est moi qui suis bête, seule une bête serait assez bête pour travailler à ma place. Il ne me reste plus qu'à trouver laquelle. Voyons; des vaches, des lapins, des ânes, des cochons, des poules? Oh non, il faut leur donner à manger, les protéger de l'hiver!... Et si j'essayais des moutons? Mais oui, il n'y qu'à les laisser brouter dans le pré, et j'aurais du lait, de la laine et des agneaux!
Ainsi, Monsieur Lézard mis des moutons dans son pré et en vécu sans se fatiguer.
Le pré, lassé d'être brouté, ne donnait pas beaucoup d'herbe et les moutons avaient toujours faim, mais les braves bêtes résistaient et fournissaient de quoi vivre à leur propriétaire.

C'est ainsi que dans le village, côte à côte, on voyait le magnifique jardin de Monsieur Cacapoule et le pré tout plat et tout sec de Monsieur Lézard.

Page 3